Enfant expatrie - Conjoint expatrie
Enfant expatrie - Conjoint expatrie
 

Bienvenue sur le site Expatfamille.com ! Un site d'info pour les familles françaises expatriées.

Expatriée depuis 18 ans maintenant et psychologue, je souhaite, par le biais de ce site, poursuivre ma contribution professionnelle pour les familles expatriées.

 

Edito Février 2017

 

La vie de famille est décidément un investissement gagnant en expatriation lorsque l’opportunité est saisie pour développer des liens plus forts et plus riches au sein de sa tribu. Quand l’aventure de vie à l’étranger permet de voir ses proches évoluer en même temps que soi, le groupe familial se dessine sous de nouvelles dynamiques, avec créativité dans la continuité. Et fort de ce lien inestimable, il peut faire face à toute sorte de tempête et créer la vie désirée. Il y a aussi les moindres, mais encore trop nombreuses situations, où la famille ne tient pas les divers chocs et en arrive à la solution de se séparer… Quoiqu’il en soit, l’aventure vécue et partagée, reste très particulière et spéciale pour chaque membre de la famille, parent ou enfant. Chacun continue à se construire au cours des années passées hors de son pays et, exposé à d’autres cultures, poursuit sa croissance intérieure. Et lorsque que la vie prend un autre tournant, à la suite à un événement subi ou après un choix pro-actif, ce sont toutes ces richesses que l’on emporte en soi pour poursuivre son parcours de vie…

 

Le cycle de l’expatriation, un début, un vécu, une fin

 

Lorsque l’on part vivre en expatriation, on ne sait jamais exactement combien de temps l’aventure va durer… De nombreuses surprises émergent en cours de route, plus ou moins heureuses, plus ou moins attendues auxquelles il faut s’adapter. De cette vie d’expat, qu’elle soit courte ou plus longue, unique ou nomade, il est possible d’en tirer de nombreuses satisfactions et bénéfices, jusqu’à ce qu’elle prenne fin. Quand elle s’arrête, il est aussi important de préparer son retour et de le réussir. Même si la fin est subie, imposée par une décision extérieure à soi, on reste encore heureusement seul maitre de sa vie pour décider comment vivre ce changement et le gérer au mieux, dans l’intérêt de tous les membres de la famille. Dans le cas où le retour est totalement choisi, murement réfléchi et construit, la joie de la reprise en main du choix de son lieu de vie crée un élan et une énergie incroyables. Dans tous les cas de figure, retour imposé ou volontaire, nous sommes responsables de la manière dont nous allons vivre cette impatriation et la faire vivre à notre famille.

 

Un retour investi d’une mission porteuse

 

Rentrer vivre dans son pays d’origine, après un séjour plus ou moins long à l’étranger, c’est continuer l’aventure de l’expatriation le temps de la transition. C’est aussi vivre beaucoup de joie dans les retrouvailles. C’est également dépasser des défis divers et variés. C’est enfin accepter d’être une personne différente de celle d’avant et d’être désormais une famille qui a sa propre culture bien affirmée faite d’adaptation, de diversité, d’ouverture. L’urgence est de se réinstaller ; chacun doit retrouver une place qui a du sens pour lui et qui lui permet de valoriser ses acquis culturels, linguistiques et professionnels.

 

Une autre approche complémentaire mais plus engagée et humaine, consiste à partager et transmettre à la société sédentaire retrouvée des éléments constructifs et positifs de son parcours de vie à l’étranger. Cette « mission » de participer à l’évolution des mentalités autour de soi, d’être un pont souple entre des cultures, peut s’avérer porteuse de sens. En donnant cette autre dimension de partage à son impatriation, au-delà de son histoire personnelle et de la simple réinstallation matérielle, on nourrit une motivation qui guide vers le bien commun et le vivre ensemble. Il s’agit alors de faire du défi du retour un projet plus global, pour contribuer à la diffusion des grands thèmes humains de l’expatriation sereinement vécue qui sont : l’ouverture d’esprit, l’acceptation des différences et la tolérance.

 

Notre monde, en ce début d’année 2017 en a bien besoin ! A nouveau, je vous souhaite le meilleur pour cette année qui démarre, que vous en soyez au début, au milieu ou à la fin de votre vie d’expat !

 

 

Edito Février 2016

La vie d’expatrié est faite de changements de lieux de vie plus ou moins réguliers qui accelèrent aussi les changements identitaires… En allant vivre ailleurs, exposé à un autre contexte quotidien, l’on éclaire aussi certaines facettes de sa personnalité, présentes mais latentes dans sa vie d’avant, qui prennent alors le pas sur d’autres. L’impact de ces changements autour de soi mais aussi en soi peut être déstabilisant. Or pour évoluer dans une dynamique personnelle constructive, il faut d’abord être solidement ancré en soi.

La puissance intérieure

Je souhaite que toute personne expatriée, grace à des lectures, des rencontres, des réalisations, des joies mais aussi paradoxalement, des accidents ou des douleurs de la vie, mais aussi lors d’un accompagnement personnel et/ou professionnel de type coaching ou thérapie, trouve cette connection particulière avec sa puissance intérieure. Il s’agit d’abord faire alliance avec soi-même, dans un lien d’affection où l’on se considère comme son/sa meilleur/e ami/e, tout à son écoute pour faire éclore ce potentiel qui ne demande qu’à émerger et s’exprimer. C’est cette force personnelle qui pousse aussi à vouloir modeler le réel autour de soi, avec plus ou moins d’amplitude, pour y laisser sa propre manière de voir les choses, sa marque. Malgré les épreuves, les oppositions ou les renoncements, lorsque l’on est bien connecté avec soi-même (“se recentrer sur soi et savoir vers quoi aller”), émerge alors, dans une dynamique d’empowerment, cette croissance interne qui va vers davantage d’affirmation mais aussi d’ouverture et de réalisation. La vie à l’étranger force à dépasser ses limites intérieures pour s’exposer à des rencontres et des actions improbables qui nourrissent ensuite une vision de la vie, qu’à un moment donné, l’on peut avoir envie de partager.

Des lectures inspirantes

Dans cette quête de développement et d’expression de votre puissance intérieure, je vous recommande des lectures qui peuvent nourrir des moments de prise de conscience de la richesse de votre monde interne et de votre force intime qui cherche à se réaliser, où que vous viviez sur notre belle planète bleue.

Il y a tout d’abord nos deux ouvrages co-écrits avec Gaëlle Goutain, L’enfant expatrié et le Conjoint expatrié. Notre démarche d’écriture est de partager le plus d’information possible pour éveiller le plus d’insight possible chez nos lecteurs, chacun plongé dans sa réalité unique et particulière.

Le livre de Magdalena Zilveti-Chaland Réussir sa vie d’expat, est un guide qui va beaucoup vous apporter. Si vous avez la chance d’entendre parler l’auteure, vous serez emporté par ses mots et la suivrez jusqu’au bout de sa présentation, enveloppé dans son discours.

Le roman de Florence Vitel Quarantaine Blues, aborde en simultané la thématique de la situation de conjoint expatrié couplée à celles de la période de transition du milieu de le vie. La combinaison inédite de ces deux thèmes a un effet explosif sur son personage principal, à découvrir…!

Enfin, j’attends avec impatience la parution du livre d’Alix Carnot, Chéri(e), on s’expatrie!, qui éclaire avec beaucoup de recul et un ton unique les aspects de la vie expatriée en couple et rebondit sur de nombreuses pistes pour bien prendre soin de cette relation si vivante.

En attendant d’autres belles parutions à venir sur ce thème de l’expatriation, je vous souhaite une année 2016 pleine d’épanouissement et d’empowerment grace à la connection avec votre force intérieure. Vous l’aurez compris : c’est alors que vous allez faire tant de belles choses pour vous et autour de vous !

Edito Février 2015

Une nouvelle année s’annonce ! Peut-être sera-t-elle pleine de surprises ?

En expatriation le temps passe très vite et le séjour à l’étranger peut être plus court que prévu. Une manière d’avancer avec satisfaction est de réaliser des choses qui laissent des traces et qui peuvent être bénéfiques à d’autres. C’est la dynamique de cette aventure démarrée au printemps 2014 : Houston Expat Pro. Initiative lancée avec un groupe de professionnels, ce réseau des conjoints entrepreneurs de Houston prend tout son sens dans mon activité professionnelle. Nous souhaitons être une vitrine pour les conjoints expatriés talentueux et courageux qui ont su se créer une carrière portable. Leurs services et réalisations sont exposés sur le site internet Houston Expat Pro et des ateliers de travail collaboratifs sont organisés pour motiver et partager le savoir. Un premier salon des entrepreneurs créatifs a eu lieu en Novembre dernier qui a permis aux auto-entrepreneurs de vendre leurs produits. C’est aussi faire vivre un réseau solidaire d’entraide pour des travailleurs souvent très isolés à leur arrivée dans un nouveau pays.

Une carrière portable

Etre expatrié, cela signifie conjuguer la notion d’incertitude à tous les temps. C’est une réalité avec laquelle il faut vivre au quotidien, sans être annihilé par l’insécurité qu’elle évoque, et qui, dans son aspect positif, pousse à vivre la vie avec intensité. Car serons-nous encore à cet endroit dans 3 ou 6 mois ? Et oui, la carrière professionnelle du conjoint accompagnateur reste tout de même tributaire de celle de son conjoint salarié expatrié, tant que le contrat au sein du couple est ainsi posé et convient aux deux partenaires. La notion de carrière portable est spécifiquement bien adaptée au conjoint expatrié. Il peut emmener partout avec lui ses compétences et son savoir-faire et poursuivre, au prix d’une grande détermination, son activité à l’autre bout du monde sans trop de heurts… Lorsque cette manière différente d’envisager son métier est bien vécue, quelle libération et quelle source d’élan !

Sortir du cadre

Oui, car être conjoint expatrié qui mène sa carrière portable avec efficacité et discipline sur tous les continents, cela veut dire aussi assumer sa différence. C’est prendre le risque de ne pas être bien compris par le carcan des réseaux sédentaires de son pays d’origine. C’est accepter de donner moins d’importance au diplôme initial, puisque, souvent, dans une dynamique de réinvention professionnelle, la formation de base est enrichie de nombreuses autres formations. Une réorientation de carrière parfois souhaitée, parfois nécessaire, est très courante quand on est conjoint accompagnateur ! C’est également renoncer à la reconnaissance qu’apporte la durée dans une fonction : le CV est si peu lisse et cohérent…. Mener de front carrière portable et vie de conjoint expatrié c’est valoriser le mérite : c’est recevoir de la reconnaissance professionnelle pour ses compétences, son expertise, son expérience !

Et c’est aussi, en bonus, faire évoluer les mentalités autour de soi en démontrant combien il est possible de réaliser une carrière professionnelle riche et constructive, combinée à une vie de famille expatriée intense !

Que cette année 2015 vous amène loin, là ou vous le souhaitez !

Edito Février 2014

Une nouvelle année, un nouveau message ! J’ai créé ce site l’année dernière, au mois de Février 2013 et après un an, il est temps de reprendre la plume.

C’est toujours agréable de pouvoir s’exprimer, de dire ce que l’on a à dire, surtout si cela interroge, permet d’ouvrir de nouvelles perspectives et d’autres manières de voir les choses. C’est encore mieux si cela peut créer un élan.

Mon éditorial de l’année 2013 démarrait sur un coup de colère. Espérons que la société évolue en matière de préparation à l’expatriation. Cette année je synthétise deux thématiques que je souhaite partager. Ce sont celles que je rencontre régulièrement au cours des accompagnements que j’effectue. Je les ai déjà abordées dans nos livres et certains articles. Je veux les mettre en lumière ici.

L’identité

L’expatriation offre de belles opportunités pour développer et enrichir son identité. L’identité, qui je suis, se construit au quotidien. J’aime l’idée, et notamment dans la position de conjoint accompagnateur qui doit reconstruire son cadre de vie, qu’il est possible d’évoluer par rapport à ce que l’on est. Que rien n’est figé en ce domaine. Que l’on est face à tous les possibles. Que vous pouvez vous autoriser à changer d’identité professionnelle par exemple, à utiliser cette vie à l’étranger pour investir de nouveaux domaines de savoir et de pratique. Que vous pouvez aussi croître et avancer dans votre activité professionnelle portable, qui vous suit au cours des déménagements. Certes il faut arriver à se libérer intérieurement des images de soi réductrices et limitantes, lutter contre les préjugés qui enferment, dépasser les peurs des autres projetées sur soi, et savoir ce que l’on veut ! Régalez-vous de cet espace potentiel d’évolution et d’allant offert en période d’expatriation !

La famille

La vie conjugale et familiale a ses étapes. Pour le conjoint qui accepte de suivre, partir à l’étranger est aussi l’occasion d’investir davantage son couple et sa vie de famille. C’est une démarche légitime qui peut aussi faire partie du projet d’expatriation, autant que la quête de continuité professionnelle malgré le changement. Investir sa vie de famille, les contraintes qu’elle exige et les joies qu’elle procure, peut se vivre sans trop de culpabilité avec en parallèle un projet professionnel choyé, qui peut être à moyen ou long terme. Car oui, je vous invite à préserver du temps pour vivre cette aventure en famille, partager les découvertes et les épreuves, construire de nombreux souvenirs et une identité conjugale et familiale unique et forte ! Délectez-vous de ce sentiment de création familiale dont chacun bénéficiera au cours de cette aventure partagée au quotidien.

Composer, encore et toujours !

Arriver à gérer tout cela de front, n’est pas acquis ! Cela veut dire composer, renoncer à certaines choses pour en gagner d’autres. Mais aussi se donner la légitimité de pouvoir investir à sa manière, en fonction de ses priorités, chaque aspect et étape de la vie, dans ce contexte bien particulier de vie à l’étranger… Cela signifie aussi avoir identifié et accepté tout ce que peut apporter de positif la vie dans ce pays, ici et maintenant, et s’y ouvrir. Et cette recherche permanente d’équilibre dans l’ouverture et la tolérance, en fonction des ses capacités, mais avec une volonté déterminée, peut apporter un peu de sérénité et de grandes satisfactions malgré la difficulté. Si cet essai d’accomplissement se teinte de la démarche d’essayer modestement de faire au mieux pour soi, puis pour son entourage très proche, enfin pour sa communauté et voyons plus loin, l’humanité, alors c’est déjà beaucoup !

Vous trouverez toujours dans la partie Services les activités professionnelles que je mène et les accompagnements que je propose ainsi que dans la partie Ressources des lectures qui aident à avancer…

Que 2014 soit une année de l’identité personnelle, familiale et professionnelle épanouie et enrichie, que vous soyez à l’étranger ou de retour chez vous !

Edito Février 2013

La raison de la création de ce site est une prise de conscience associée à un certain agacement :

J’ai du mal à croire, qu’en 2013, il y ait encore des familles qui partent en expatriation non préparées. Et forcément les débuts sont beaucoup plus difficiles que ce qui avait été appréhendé…

Je rencontre régulièrement des conjointes qui ont accepté de suivre leur partenaire de vie et qui ne sont pas équipées pour démarrer au mieux cette aventure. On les appelle les primo-partantes. Leur profil : diplômées (souvent +++), professionnelles, intelligentes, elles paraissent épanouies dans leur couple et heureuses dans leur vie de famille, elles ont un beau potentiel, alors pourquoi doivent-elles traverser une phase difficile au début du séjour ? Par simple désinformation et non-préparation, tout cela dû au poids des préjugés sur l’expatriation qui pèsent encore sur notre société ! Et je trouve cela très injuste à leur égard.

Car oui, partir vivre en famille pour un temps donné à l’étranger est une belle aventure. Oui c’est la crise tout autour de nous et ceux qui ont la chance de partir ainsi n’ont pas le droit, aux yeux des autres, d’exprimer un malaise. Or les conditions idéales n’existent pas et l’expatriation est aussi un défi. Cela peut s’avérer plus douloureux que prévu, et il n’est pas toujours possible de bien vivre tous ces bouleversements personnels et familiaux… Sans compter en fin de course le choc du retour dans son propre pays…

Cela me désole d’autant plus de voir des personnes faire face avec tumulte aux premiers moments du séjour à l’étranger qu’aujourd’hui les outils, les supports existent. Il suffit de bien se renseigner et de bien vouloir –de la part des entreprises qui expatrient- investir financièrement dans quelques centaines d’euros pour une préparation et une formation. L’intérêt d’une telle démarche est immédiat : c’est l’évitement d’un échec d’expatriation et en prime un bien-être familial qui a un impact positif sur le travail du salarié expatrié !

Je suis également sensible à l’usure que peuvent vivre certains membres de familles multi-expatriées ou nomades, souvent le conjoint accompagnateur. La crise du milieu de la vie, notamment en termes identitaires, peut être violente si l’occasion de se réinventer et de rebondir au niveau d’activités à tonalité professionnelle ne s’est pas présentée. Je mesure l’ampleur que tous ces risques ont sur la dynamique familiale. Je tiens par ailleurs à mentionner aussi les cas de divorces dramatiques qui ont lieu dans le cadre d’une expatriation. C’est souvent le conjoint accompagnateur particulièrement vulnérable dans cette position qui en paye le prix.

Ce site, dans cette première version, est envisagé comme une plateforme d’information et de renseignements.

Je souhaite relayer les différents contacts qui vous permettront de trouver le support qui vous conviendra au mieux. Quels que soient votre position, votre cheminement et vos questions par rapport à l’expérience de l’expatriation, je souhaite que cet échange d’information vous soit utile.
Prenez soin de vous, de votre conjoint, de vos enfants et de votre famille qui est si unique ! L’expérience de l’expatriation peut-être une telle source d’enrichissement, donnez-vous les moyens d’en bénéficier au mieux !

Vous trouverez dans la partie Services les deux entreprises avec lesquelles je collabore et propose mon travail d’accompagnement des familles, des enfants ou des conjoints.

Je recommande également d’autres entreprises, celles dont j’estime le travail et qui apportent une différence dans le paysage de la préparation et de l’accompagnement à l’expatriation. Certaines proposent des formations et des ateliers de préparation au départ ou au retour, d’autres des coachings personnalisés. Outre la qualité des services proposés, ainsi que la constitution d’un réseau relationnel, elles visent à vous donner les moyens d’aller au-delà de l’expatriation pour avancer de la manière la plus satisfaisante et constructive dans votre vie.

Vous trouverez dans la partie Ressources différentes lectures. Les ouvrages qui traitent de la thématique de l’expatriation vue sous l’angle de la famille. Les articles qui traitent du sujet et éclairent certains aspects parfois insuffisamment pris en compte. Enfin, les sites, agréables à lire et vivants, qui postent des articles, source d’apprentissage mais aussi de considération positive !
Print Print | Sitemap
Expat Famille, Adelaide Russell - Life coach